Messer - Global Site - Gase und Know-how für ihren Erfolg.
 

Communiqué de presse sur l'impact carbone, Mars 2011

Messer favorise la diminution des émissions carbone de ses clients grâce à ses applications

Puteaux, 23 mars 2011 - Messer, groupe familial de production de gaz industriels, est engagé depuis longtemps dans une démarche carbone.

Messer France a publié son propre bilan carbone : une démarche pionnière dans le petit monde des gaz industriels. Au-delà des études, Messer s’efforce d’améliorer continuellement ses propres émissions en axant ses investissements sur l’optimisation des consommations électriques de ses unités de production et surtout sur le choix des modes de transport de ses gaz industriels. La construction d’une unité de production d’azote au cœur des régions Bretagne et Pays de la Loire, bastion de l’industrie agroalimentaire française, ainsi que la mise en place d’un terminal ferroviaire CO2 à Bordeaux, ont été des éléments déterminants pour optimiser le bilan carbone propre à Messer France.

Outre le calcul de son propre impact carbone, Messer s’est engagé dans une étude globale de l’impact carbone de ses applications utilisant des gaz industriels comparativement à d’autres alternatives.

Les premières études ont porté sur la surgélation cryogénique à l’azote ou au CO2 comparée à la surgélation mécanique.

Les émissions carbone de la surgélation mécanique sont principalement liées aux fuites des fluides frigoporteurs halo carbonés (HFC et HCFC) servant à remplir les groupes frigorifiques. La puissance électrique consommée par les compresseurs de machines frigorifiques est un autre élément déterminant.

Pour ce qui est du froid cryogénique, c’est la puissance électrique nécessaire à la production de l’azote ou du CO2 et le transport des fluides par camions citernes qui pèsent dans le bilan carbone.

En conclusion, dans la mesure où l’application de surgélation est située géographiquement à une distance raisonnable d’un site de production ou stockage de fluide cryogénique azote ou CO2, le froid mécanique est beaucoup plus impactant que le froid cryogénique, de l’ordre de 2 fois plus en moyenne.

Il est à noter que le transport tient une part significative dans les émissions carbone liées à la surgélation cryogénique : chaque cas doit donc être étudié par les ingénieurs Messer qui ont développé des bases de calcul en tenant compte des recommandations de l’EIGA (Association européenne des sociétés de gaz industriels). Messer France a l’avantage de disposer d’un réseau de production d’azote et CO2 dispersé sur tout le territoire qui minimise les impacts liés au transport.

Une autre application phare de Messer a fait l’objet d’études similaires : la neutralisation des effluents alcalins au CO2 en alternative à l’utilisation d’acides chimiques forts.

Trois paramètres principaux influent sur le bilan carbone des deux alternatives : le transport du produit depuis son point de production jusqu’à son lieu d’utilisation, l’énergie nécessaire à sa production et l’énergie nécessaire à son pompage sur site. Il ressort que les acides forts, particulièrement l’acide chlorhydrique, nécessitent des consommations électriques très importantes comparativement à la production de CO2, sous-produit de l’industrie chimique ou biologique recyclé et valorisé. Bien entendu, étant recyclé et valorisé, le CO2 fourni par Messer n’est pas comptabilisé dans les bilans carbone des applications qui l’utilisent.

Aussi, même si elle nécessite un peu plus d’énergie sur site pour sa mise en oeuvre, la neutralisation au CO2 Messer présente un bilan carbone clairement plus favorable : jusqu’à 10 fois moins émettrice. Là aussi, des études au cas par cas sont nécessaires.

Enfin en ce qui concerne le transport sous température dirigée des denrées périssables, les ingénieurs applications de Messer France ont aussi pu démontrer que le bilan carbone des techniques de maintien en froid au moyen de la cryogénie (telles que Siber et Cryo2pack de Messer) est moins élevé que celui relatif aux autres techniques conventionnelles (groupes frigorifiques, plaques eutectiques…).

Le coût, la fiabilité, les avantages qualitatifs, la simplicité de mise en oeuvre et le service demeurent des arguments prépondérants pour orienter un industriel vers une solution utilisant des gaz industriels. Cela dit, on constate que l’impact carbone est un critère de plus en plus pris en considération. Les ingénieurs application Messer ont intégré cette nouvelle composante dans leur approche technico-économique en réalisant des études au cas par cas avec les données et pour le compte de leurs clients.

Camion dioxyde carbone Messer-308-246
Camion 'Dioxyde de carbone' de Messer France

 
Siber system-308-246
Siber System